FACONNAGE IDEAL

Façonnage ideal est un façonnage artisanal de la semelle de la chaussure. L'empeigne, qui est spécialement préparée avec des bords externes collés et pressés sur une semelle intermédiaire appropriée, est ensuite cousue par l'intermédiaire d'une machine appelée rapid. Le fil utilisé qui autrefois était en coton et qui aujourd’hui est en nylon ou en matière synthétique, passe dans une chaudière spéciale où se trouve une résine fondue garantissant l’imperméabilité totale du fil et des trous. Ce type de façonnage est utilisé pour les chaussures de haute qualité.

FACONNAGE DE LA BOITE
(SEMELLE VULCANISEE)

C'est au moyen d'une machine appelée monteuse à semence que sont unis la pointe de l'empeigne et la pointe du sous-pied au moyen d’un collage spécial ; puis ils sont fermées au niveau du talon et sur les côtés de l'empeigne au moyen d’une machine à rivetage.
Lorsque l'empeigne est montée sur la forme, on passe à la phase de curetage de la semelle pour retirer les résidus ou la matière en excès.
Puis la partie de l'empeigne où la colle appliquée est cardée et cela est nécessaire pour la vulcanisation (par une presse) de l’empeigne sur la semelle externe.

LA COUTURE TYROLIENNE

La couture Tyrolienne (ou Norvégienne) est un façonnage parmi les plus difficiles. Sa réalisation débute après que l’empeigne, ayant été tirée et clouée sur la forme avec habilité, obtienne sa forme. Nous avons besoin de trois coutures pour terminer l’exécution de ce travail complexe. C’est l’artisan qui trace le pas de couture visible à l’extérieur, en décidant la cadence, point après point, en ornant et en liant les parties qui composent la chaussure.

Avant de commencer le travail, il existe une phase préliminaire où certains composants pour la réalisation de la construction sont préparés :
1) préparation du sous-pied : à partir du croupon en cuir (partie la plus épaisse et résistante du cuir) on créé le sous-pied pour le montage, qui est coupé à l’aide d’une machine spéciale en effectuant une coupe le long du dépassement. On appelle cette coupe une gravure.
2) à partir du croupon, on crée par ailleurs 4 pièces en forme de semelle, qui, unies 2 par 2 forment les semelles intermédiaires.

Lorsque les préparatifs sont terminés, on peut alors commencer le travail proprement dit : avec la première couture, on unit l’empeigne, clouée au préalable sur la forme, au sous-pied. Le fil passe à travers l’empeigne et se positionne à l’intérieur de la gravure.

La deuxième couture unit l’empeigne, après avoir été retournée à l’extérieur, à la semelle intermédiaire en cuir. Enfin, la troisième couture unit l’empeigne à une semelle intermédiaire en caoutchouc sur laquelle sera ensuite appliquée la semelle au moyen de colles spéciales.



Ce travail complexe et fascinant est adapté pour ceux qui choisissent un genre de chaussure robuste et solide. Les petites imperfections démontrent que la main de l’homme, contrairement aux machines, n’est pas parfaite.

MONTAGE CALIFORNIA

Le montage California unit l’empeigne au sous-pied à travers un système de couture qui permet l’isolation de la semelle intérieure par rapport à la semelle proprement dite, en garantissant un enveloppement extrêmement confortable du pied.